Vous êtes ici: Home > Pour vous > Clé 1

Clé 1 - Découvrir sa véritable identité

Thérapie de groupe & Art-thérapie

Ateliers Ecoute et Partage

 atelier_ecoute_partage.jpg

 

Qu’est-ce que les Ateliers?

Selon le petit Larousse, c’est un local où travaillent des artisans, mais c’est aussi l’ensemble des personnes qui y travaillent, puis un groupe de travail.

Cependant, l’idée prédominante contient les deux définitions. L’Atelier définit un lieu où l’on peut travailler ensemble.

Devenir artisan de son histoire, en relation avec les autres, dans un lieu protégé.

Ceci vient non seulement de ma première formation de céramiste, mais aussi d’une réflexion plus éthique sur le sens des choses. Déjà en tant qu’enfant de céramiste, je m’interrogeais sur le mystère des matériaux qui se transforment et des gestes qui favorisent l’émergence d’une œuvre ou qui détruisent cette même œuvre.

L’artiste est mis au premier plan dans la réussite d’une œuvre d’art. Pourtant, si le matériau ne répond pas, s’il est réfractaire à la démarche, il est impossible pour l’artisan de le contraindre au changement. Je le ressens ainsi dans l’Atelier à visée thérapeutique.

C’est un contrat de confiance, une marche en commun, un échange de compétences.

Si un céramiste ne respecte pas son argile, son stade de maturité, sa texture, il ne peut espérer en tirer quelque chose.

Les Ateliers à visée thérapeutique

C’est passer de l’angoisse et de la dépression à la vie qui est capable de recevoir, de garder ou de redonner tel un vase à l’émail chatoyant !

  1. Ecoute

Un lieu protégé où l’Ecoute est privilégiée est un lieu hors du bruit. Un lieu où le temps semble s’arrêter. Un lieu enfin où il y a de l’attention et de la réceptivité à écouter le corps, l’histoire, le cœur.

Tout n’est pas forcément verbalisé. Le corps, des gestes, un dessin, un modelage, peuvent exprimer plus profondément et sans effort ce qui habite au plus profond de soi-même.

  1. Partage

Le partage authentique, sans l’attente d’un retour est pour la plupart d’entre nous, inhabituel. Il ne se concrétisera véritablement que lorsque les participants aux Ateliers auront pris conscience que le regard des autres ne se pose pas en jugement sur eux, qu’ils n’ont rien à prouver et rien à devoir. Les autres sont là pour eux. Ils sont les artisans de leur histoire. Ils découvrent que l’Autre peut être un autre que celui qui effraie ou qui séduit. Le regard peut trahir. L’image peut cacher la vérité. L’Autre peut être si proche, plus proche que ce que l’imaginaire avait fait craindre. L’histoire est si ressemblante et les douleurs même plus fortes que celles qui sont familières. En effet, ensemble il est possible de se soutenir et de s’encourager. L’Ecoute devient alors partage.

Parler de soins laisse sous-entendre qu’il y a eu blessure. Pour que le développement affectif puisse se faire, un enfant a besoin de sécurité en priorité. Malheureusement, on parvient rarement à l’âge adulte sans qu’un événement ou une personne en particulier ait été la raison d’un choc émotionnel. Pour l’adulte, il peut s’agir d’un événement d’apparence mineur, mais qui, dans le cœur d’un petit enfant, aura l’effet d’une bombe.

Psychothérapie?

En grec, therapeia veut dire soin. Therapeo signifie prendre soin de, servir, être serviteur.
Therapeuein ten Psychen veut dire soigner l’âme.
Psyché = a/ souffle b/ souffle de la vie, d’où l’âme, l’être vivant, la personne.

Un cœur brisé a besoin de soins. La médecine parle des suites aux réactions d’effroi et d’angoisse correspondant à des expériences de déliaison brutale des grandes fonctions psychiques qui se trouvent dissociées.

Témoignage

Pour la nième fois, la petite fille de quatre ans court vers sa maman, sa poupée de chiffon a encore perdu un bras. Cette poupée avait déjà bénéficié de nombreuses réparations de la part de la maman. Le père qui assiste à la scène est excédé de ce qu’il faille à nouveau réparer cette poupée usée et sale de surcroît. Il attrape la poupée de son bras valide, ouvre la porte du fourneau et y jette la poupée qui se met à brûler, sous les yeux horrifiés de sa petite maman.

Pour l’adulte, il s’agit d’un acte de salubrité : la poupée était vieille et la mère y avait suffisamment peiné. Il suffisait d’acheter une nouvelle poupée, un point, c’est tout.

Pour l’enfant, c’était toute sa petite enfance, l’amie à qui elle avait tout confié : ses joies et ses larmes, qui s’en allait en cendre… et c’était son papa, celui qui avait tous les droits sur elle, celui qu’elle aimait, qui avait fait ça….

Cette femme suite à ce qu'elle avait vécu enfant, était dans l’incapacité de faire confiance à un homme; cette incapacité était liée à son inconscient qui, tel un disque dur, avait enregistré l’image du père jetant la poupée dans le feu. Cette image lui avait transmis le message suivant : « Il peut m’aimer et détruire ce que j’ai de plus cher ». La raison pouvait lui dire que tous les hommes ne seraient certainement pas ainsi, mais son inconscient lui donnait un autre message : « Méfie-toi ! » Il est intéressant de découvrir que la Bible1 fait également référence à cette réalité bien avant la découverte des mécanisme psychologiques : « C’est de l’abondance du cœur que la bouche parle. » C’est ce qui est dans le psychisme, plus que l'intellect, qui  semble influencer l’attitude, les réactions, les paroles et les actes. Pour plus de détails, lire le texte concernant les parties brisées du cœur que l’on appelle aussi les Etats Altérés de la personnalité.

Le dicton dit : « le cœur a des raisons que la raison ne connaît pas ». La raison ne peut les reconnaître, parce que les Etats Altérés sont liés à l’inconscient, aux affects, et non pas à l’intelligence.

Une démarche qui oblige l’autre à changer de comportement avec sa tête, intellectuellement, sans que son cœur n’ait été touché, ni que ce soit le fruit d’une conviction, finit tôt ou tard par produire la frustration, puis la colère. A son tour, la colère, si elle ne peut pas s’exprimer engendrera la dépression.

 

1 La Bible- Evangile de Matthieu, Chap.12 v.34

 

Cox.png
LE SAS, GARE 13 - CP 370 CH-2074 MARIN (Neuchâtel) | TEL: ++41 (0)32 753 03 32 | E-MAIL: contact@lesas.ch
news.png